Robinson Crusoe. I

Robinson Crusoe. I
Автор книги:     Оценка: 0.0     Голосов: 0     Отзывов: 0 0 руб.     (0$) Читать книгу Скачать бесплатно Купить бумажную версию Электронная книга Жанр: Зарубежная классика Правообладатель и/или издательство: Public Domain Дата добавления в каталог КнигаЛит: Скачать фрагмент в формате   fb2   fb2.zip Возрастное ограничение: 0+ Оглавление Отрывок из книги

Оглавление

Defoe Daniel. Robinson Crusoe. I

PRÉFACE

ROBINSON

LA TEMPÊTE

ROBINSON MARCHAND DE GUIN4

ROBINSON CAPTIF

PREMIÈRE AIGUADE

ROBINSON ET XURY VAINQUEURS D'UN LION

PROPOSITIONS DES TROIS COLONS

NAUFRAGE

SEULS RESTES DE L'ÉQUIPAGE

LE RADEAU

LA CHAMBRE DU CAPITAINE

LA CHÈVRE ET SON CHEVREAU

LA CHAISE

CHASSE DU 3 NOVEMBRE

LE SAC AUX GRAINS

L'OURAGAN

LE SONGE

LA SAINTE BIBLE

LA SAVANE

VENDANGES

SOUVENIR D'ENFANCE

LA CAGE DE POLL

LE GIBET

LA POTERIE

LA PIROGUE

RÉDACTION DU JOURNAL

SÉJOUR SUR LA COLLINE

POOR ROBIN CRUSOE, WHERE ARE YOU?

ROBINSON ET SA COUR

LE VESTIGE

LES OSSEMENTS

EMBUSCADE

DIGRESSION HISTORIQUE

LA CAVERNE

FESTIN

LE FANAL

VOYAGE AU VAISSEAU NAUFRAGÉ

LE RÊVE

FIN DE LA VIE SOLITAIRE

VENDREDI

ÉDUCATION DE VENDREDI

DIEU

HOMMES BARBUS AU PAYS DE VENDREDI

CHANTIER DE CONSTRUCTION

CHRISTIANUS

VENDREDI ET SON PÈRE

PRÉVOYANCE

DÉBARQUEMENT DU CAPITAINE ANGLAIS

OFFRES DE SERVICE

TRANSLATION DES PRISONNIERS

LA CAPITULATION

REPRISE DU NAVIRE

DÉPART DE L'ÎLE

Отрывок из книги

En 1632, je naquis à York, d'une bonne famille, mais qui n'était point de ce pays. Mon père, originaire de Brême, établi premièrement à Hull, après avoir acquis de l'aisance et s'être retiré du commerce, était venu résider à York, où il s'était allié, par ma mère, à la famille Robinson, une des meilleures de la province. C'est à cette alliance que je devais mon double nom de Robinson-Kreutznaer; mais, aujourd'hui, par une corruption de mots assez commune en Angleterre, on nous nomme, nous nous nommons et signons CRUSOE. C'est ainsi que mes compagnons m'ont toujours appelé.

J'avais deux frères: l'aîné, lieutenant-colonel en Flandre, d'un régiment d'infanterie anglaise, autrefois commandé par le fameux colonel Lockhart, fut tué à la bataille de Dunkerque contre les Espagnols; que devint l'autre? j'ignore quelle fut sa destinée; mon père et ma mère ne connurent pas mieux la mienne.

.....

Nonobstant ce refus, comme je l'appris dans la suite, elle rapporta le tout à mon père, qui, profondément affecté, lui dit: en soupirant: – «Ce garçon pourrait être heureux s'il voulait demeurer à la maison; mais, s'il va courir le monde, il sera la créature la plus misérable qui ait jamais été: je n'y consentirai jamais.»

Ce ne fut environ qu'un an après ceci que je m'échappai, quoique cependant je continuasse obstinément à rester sourd à toutes propositions d'embrasser un état; et quoique souvent je reprochasse à mon père et à ma mère leur inébranlable opposition, quand ils savaient très-bien que j'étais entraîné par mes inclinations. Un jour, me trouvant à Hull, où j'étais allé par hasard et sans aucun dessein prémédité, étant là, dis-je, un de mes compagnons prêt à se rendre par mer à Londres, sur un vaisseau de son père me pressa de partir, avec l'amorce ordinaire des marins, c'est-à-dire qu'il ne m'en coûterait rien pour ma traversée. Je ne consultai plus mes parents; je ne leur envoyai aucun message; mais, leur laissant à l'apprendre comme ils pourraient, sans demander la bénédiction de Dieu ou de mon père, sans aucune considération des circonstances et des conséquences, malheureusement, Dieu sait! Le 1er septembre 1651, j'allai à bord du vaisseau chargé pour Londres. Jamais infortunes de jeune aventurier, je pense, ne commencèrent plus tôt et ne durèrent plus long-temps que les miennes.

.....

Подняться наверх